Les Jeudi des archives – Portrait de Michel Darmancier

Archives-Saint-Chamond-DARMANCIER_PORTRAIT

Les Jeudi des archives
Portrait du célèbre ingénieur Michel DARMANCIER

Cette semaine, le service des Archives vous emmène sur les traces d’un célèbre ingénieur, M. Michel DARMANCIER.
 
  • Michel Darmancier est né le 21 juillet 1850 à Septème (Isère). Son père, ouvrier dans le textile, va en 1866 rejoindre les aciéries d’Unieux et le monde de la métallurgie.
 
  • Cette même année, Michel Darmancier entre dans une école d’ingénieurs et, à sa sortie en 1870, rejoint directement la société Pétin-Gaudet et Compagnie (qui deviendra plus tard la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt).
 
  • En 1883, il prend la direction du service d’étude et de la construction du matériel de guerre (blindage et canon) puis d’un service spécifique d’artillerie en 1890.
 
  • Avec son collègue et ami ingénieur Aimé Dalzon, ils vont grandement perfectionner et innover dans le secteur de l’artillerie de campagne en déposant de multiples brevets entre 1891 et 1897. Ils vont ainsi permettre de réduire le temps de préparation du canon entre deux tirs (accélération des manœuvres d’extraction et de chargement par la culasse et réduction du temps de remise en batterie).
 
  • De ces innovations naîtront une série de canons et, en 1900, un album publicitaire présentera cette nouvelle gamme de matériels sous le nom de « système Darmancier-Dalzon ».
 
  •  Ce système s’exportera dans le monde entier, aussi bien en Europe (Belgique, Suisse, Espagne, Italie etc…) qu’au Japon, aux Etats-Unis ou en Amérique du Sud (Pérou, Argentine, Brésil etc…).
 
  • Darmancier et Dalzon voyageront beaucoup pour assurer le suivi technique de la commercialisation auprès des pays souhaitant acquérir leurs matériels et recevront de nombreuses médailles honorifiques comme la Grande Croix de l’ordre militaire espagnol ou la Croix de l’Ordre de Saint-Stanislas (Russie impériale).
 
  • A cette époque, de par le système Darmancier-Dalzon (équipant la garde mexicaine, l’arsenal japonais d’Osaka ou encore le cuirassé russe « Navarin ») et la renommée de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine, Saint-Chamond est alors connue dans le monde entier.

 

  •  Michel Darmancier aura également un parcours politique, devenant maire d’Izieux de 1902 et 1904 puis membre du conseil municipal jusqu’en 1913.
  • Il décèdera le 26 juin 1913 à Izieux.

 

  • En 1994, son nom sera donné à une rue dans le lotissement de Grange-Roux.