Les Jeudi des archives _ Les anciennes Forges de Lavieu

Les anciennes Forges de Lavieu

 

Ce jeudi, le service des archives vous emmène boulevard Waldeck Rousseau à l’emplacement des anciennes Forges de Lavieu.

 

Créé en 1835 par Jean-Baptiste Thoulieux, ce dernier possède un petit atelier rue Jeanne d’Arc où il fabrique des fourches. Vers 1875, il s’installe dans un atelier le long du futur boulevard Waldeck Rousseau. Dans les années 1880, Claude Thoulieux par en Amérique où il travaille comme lamineur et où il étudie les procédés de fabrication. A son retour en France, il crée la « Manufacture de Fourches : Etablissements Thoulieux Jeune »

 

Après la première guerre mondiale et une forte croissance, la société devient « Société des Forges de Lavieu » et a son siège social au 62 boulevard Waldeck Rousseau.

 

La société est spécialisée dans la fabrication d’outils de jardinage (fourches, crocs forgés) mais fabrique également des bougeoirs, du fer forgé ou des coffres-forts.

 

En 1966, la société intègre le groupe Peugeot (Acier et Outillage Peugeot).

 

En 1984, la Société des Forges de Lavieu est l’entreprise française fabricante de fourche la plus importante avec plus de 250 sortes de fourches à son catalogue. Mais, cette même année, l’entreprise se déclare en difficultés financières.

 

En 1986, Peugeot abandonne le marché de l’outillage et, 3 ans plus tard en 1989, la Société des Forges de Lavieu passe sous le contrôle de la société Spear et Jackson (société anglaise remontant au milieu du XVIIIème siècle spécialisé dans les outils de jardins, outils de travail du bois ou encore des équipements de métrologie).

 

Au début des années 1990, les Forges de Lavieu produisent 800 000 outils. En plus des fourches et crocs, on fabrique des bêches, râteaux ou binettes.

 

La société a employé en moyenne une centaine de personnes (environ).

 

Les Forges de Lavieu quitte le boulevard Waldeck Rousseau en 1996 pour rejoindre la zone industrielle du Coin où la société Spear et Jackson y regroupe son activité. Une partie de la production est délocalisée outre-manche, ne laissant dans les ateliers de Fonsala que la finition des outils. Le site Saint-Chamonais est transformé en plate-forme logistique.

 

Les bâtiments des ex Forges de Lavieu le long du boulevard Waldeck Rousseau sont démolis en 1999 pour faire place à la maison de retraite des Opalines. La verrière, symbole du bâtiment, avait été conservée pour venir plus tard orner la façade (côté rue Voltaire) du nouveau bâtiment, mais finalement celle-ci ne sera jamais réinstallée du fait de son mauvais état de conservation.

 

L’un des derniers vestiges des Forges est à chercher du côté du rond-point se trouvant près du stade Antoine Pauze. En effet, la passerelle visible sur le rond-point a été récupérée dans le parc des Forges de Lavieu au moment de la démolition.